01 octobre 2005

Eindhoven, mon amour

La journée d’hier a été mitigée. Pour commencer, je me suis tapé environ 7 heures de voyage sur la journée et j’ai pris 10 trains alors qu’il y a moins de 400 km au total en voiture entre mon chez moi et la citée du PSV… Évidemment, quand on prend autant de train sur une journée la probabilité qu’un d’eux soit en retard est très forte et bien sûr c’est-ce qui se produisit… Mais cela n’a pas trop posé de problème finalement car on a pu me renseigner dans le train et me donner les nouvelles correspondances. Donc je suis arrivé à Eindhoven avec une demi-heure de retard. L’Université est toute proche de la gare et j’ai trouvé facilement le building où nous devions nous retrouver.

Seulement tout n’est pas toujours aussi simplement. En effet, mon nouveau chef nous avait écrit pour nous donner le programme de notre réunion: date, heure, lieu, sujets de discussion. Elle demandait également dans cet email si une bonne âme pouvait m’expliquer comment me rendre au lieu de la réunion. Le problème est qu’il y avait deux lieux différents dans deux buildings différents et je n’était pas au courant du tout. Seul le responsable de la réunion de l’après-midi m’a répondu et m’a envoyé les infos, mais bien évidemment pour la réunion de l’après-midi uniquement. De mon coté, je pensais que toutes les réunions de la journée avait lieu au même endroit puisque rien dans l’email de mon chef ne laissait penser le contraire…(ça va vous suivez toujours). Résultat: j’ai poiroté 45 minutes au mauvais endroit pour rien car, comble de mal chance, le responsable de la réunion de l’après-midi n’était pas dans son bureau car il participait à une petite sauterie d’anniversaire. J’ai dû attendre qu’il revienne pour qu’il m’indique quel était l’autre building.

Pour ce qui est de la réunion proprement dite, et bien… j’étais là en vrai spectateur bien sûr. C’était moyennement intéressant, dans ce genre de réunion quand ça dure, on finit toujours par parler pour rien et à s’écouter parler. Le contact avec les autres jeunes que j’avais déjà rencontré en mai lors d’une conférence à Leiden à de nouveau était très bon. J’était très content de rentrer vers 21h30 à la maison, et comme dirait Marie-Pierre Casey, je ne le ferai pas tous les jours.

14:28 Écrit par Genorb dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.